BONNES VACANCES A TOUS!!!!
50 athlètes de VLPA sur le pont ce WE!
Cross de Meaux, course de Noël à Samois VLPA sur tous les fronts! Le froid ça conserve!
CROSS DE MEAUX
30 athlètes et 10 podiums chapeau!

RésultatsRetrouvez l'ensemble des Résultats 2018-2019 dans la rubrique résultats.

Vous avez la possibilité d'effectuer des recherches par nom ou par mots clés pour rechercher une course. Les archives sont disponibles pour l'ensemble des saisons à partir de 2009-2010.

Dernière mise à jour effectuée le 8 décembre 2018.

 

Inscriptions pour la saison 2019-2020

Notre club accueille les enfants à partir de 7 ans, les entraînements du groupe Jeunes ont lieu au stade de la Mare des Champs (à coté du collège). Attention, le nombre de places est limité !

Planning des séances Groupe Jeunes:
- lundi  (18h30 - 20h00) : Benjamins (2006-2007) minimes (2004-2005) et cadets (2002-2003).
- vendredi (17h30 - 18h30) : Ecole d'athlétisme (2010-2012) et poussins (2008-2009).
- mercredi (18h30 - 20h00) : Séance supplémentaire pour le Groupe Jeunes Compétition.

Les entraînements du groupe Jeunes débuteront à partir du lundi 16 septembre 2019. La fourniture d'un certificat médical datant de moins de 6 mois avec la mention "Ne présente pas de contre-indication à la pratique de la course à pied en compétition" sera obligatoire pour pouvoir participer à la première séance.


Concernant les adultes, les entraînements du groupe Adultes Running ont lieu au départ du club house des tennis de Vaux-Le-Pénil (Vestiaires et bureau du club sur place). 

Planning des séances Adultes Running :
- mardi (18h15 -20h00) - Séance animé par Lahcène
- jeudi (18h15 -20h00)


Notre club dispose également d'un groupe Marche Nordique ouvert à tous à partir de 16 ans.

Planning des séances Marche Nordique :
- lundi (18h30 à 20h00) : au départ de La Buissonnière à Vaux-Le-Pénil ou de la gare de Livry, un groupe marche loisir et un groupe marche "rapide"
- mercredi après-midi en fonction de la disponibilités des animateurs.
- samedi (10h00 à 11h30) : sorties diverses tous niveaux.


Le dossier d'inscription comprend :

  • La fiche d’inscription (Disponible en téléchargement)
  • Un certificat médical de non contre-indication à la pratique de la course à pied, datant de moins de 6 mois avec la mention "Absence de contre indication à la pratique de la course à pied en compétition".
  • La cotisation annuelle incluant la licence de la Fédération Française d'Athlétisme (FFA), à régler par chèque à l’ordre de « VLP Athlétisme », par chèques vacances ANCV (Version numérique non acceptée) ou par coupons sport ANCV. Vous pouvez également nous transmettre les bons CAF si vous avez le droit à une prise en charge d'une partie de la licence

Seuls les dossiers complets peuvent nous être adressés par courrier à l'adresse suivante :

Roland QUATRAIN
244 Rue de la mare des champs
77000 Vaux-Le-Pénil

Venez à la rencontre de notre club, vous pourrez vous renseigner et vous inscrire lors des évènements suivants :
- Samedi 7 septembre 2019 : Stand VLP Athlétisme lors du VITALSPORT du magasin Décathlon Villiers en Bière de 10h00 à 19h00.
- Dimanche 8 septembre 2019 : Stand VLP Athlétisme lors du forum des associations de Vaux-Le-Pénil, organisé à La Buissonnière de 10h00 à 18h00.

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Rejoignez-nous !

Vous souhaitez rejoindre notre club VAUX-LE-PENIL Athlétisme, toutes les informations sont disponibles dans la rubrique Inscriptions.

Pour tout renseignement complémentaire, nous vous invitons à venir nous rencontrer les jours d'entraînement en début (18h15) ou en fin (19h30) de séance les mardis ou jeudis au bureau du club situé dans le bâtiment des tennis de Vaux-Le-Pénil.

Un grand bravo à Dominique, Jérémy et Christian qui ont réussi à dompter les 80 km de l'écotrail de Paris pour avoir le plaisir de monter au 1er étage de la Tour Eiffel. Chapeau!

Dominique nous livre ici le récit de sa course. Merci à lui et encore bravo. 

MON ECOTRAIL 2019

LE RECIT COMPLET

Samedi 16 Mars 2019. 16h50. Dans les environs de Vélizy. Je suis perdu dans la campagne yvelinoise. J’ai déjà parcouru 35 kms depuis le départ de la course. Mais il reste encore 45 kms à parcourir. Les cuisses sont devenues dures, chaque appui fait mal. Cela reste supportable mais je sais que le niveau physique ne va pas s’aller en s’améliorant au fil des kilomètres restant à parcourir. Le prochain ravitaillement prévu au Château St Philippe de Meudon après 45kms se fait attendre et ne sera que fourni en eau. En plus le soleil qui est bien de sortie cet après-midi tape sur la tête et pour encore deux heures au moins. Le parcours s’est compliqué depuis le ravitaillement précédent de Buc au 22ème km. Je suis entré dans une lessiveuse faite de montées qui sollicitent fortement le cœur (des passages à plus de 180 pulsations) puis de descentes successives. Il y a très peu de répit. Une torsion de cheville vient encore entamer mon moral. Donc je ne me sens pas bien et n’ai plus trop de plaisir à courir.

Je cherche des appuis parmi les coureurs qui courent à mes côtés. Ils me rassurent énormément. On est dans les temps. Certains qui portent des maillots de finishers des années précédentes me disent qu’ils ont déjà fini dans des délais corrects. En fait, quand je regarde mon classement tout au long des pointages, il est resté stable dans les 1800-1900èmes et suffisant pour être finisher. Ensuite je connais assez bien mon état de forme : j’arrive parfaitement à estimer le temps que je vais faire quand je prends le départ d’une course. Aujourd’hui, j’ai prédit 12h30 de course. J’en ai donc encore pour environ 8 heures. Je sais que je vais être sur la corde raide tout au long donc finalement il est normal d’être dans cet état de forme à cette heure. Il faut donc continuer à avancer et repousser les kms restants. On ne t’y a pas obligé donc tu n’as pas le choix. J’ai encore le mélange citron vert-sel-miel liquide (merci Bruno pour la recette qui a bon goût) dans mon camelbag et je bois régulièrement.

Arriver à tout prix. Mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Comment me suis-je retrouvé là ?

Retour un an en arrière. En ce début d’année 2018, je fais mon programme de courses en regardant les courses club et les courses que les coéquipiers vont faire. Une dizaine de coureurs veulent s’inscrire aux différentes courses de l’Ecotrail qui se déroule mi-mars. Certains vont courir 30kms, d’autres 45 kms et Jérémy, un jeune du club va même courir la distance maximale des 80 kms. Ca m’intéresse. Je regarde les profils et voit qu’il y a un départ du Château de Versailles pour le 45 kms. Quel écrin ! Et j’apprends que Magali, Bruno et Hervé en seront. J’opte immédiatement pour cette distance. Il y aura aussi Christophe et Eric. Nous voici donc au départ le samedi 17 Mars 2018 dans le parc du Château. J’y suis vraiment allé en touriste, mal préparé, mal équipé, en vraie tête brulée. Il ne faisait pas très beau ce jour-là et après 3 heures de course, la neige faisait son apparition aux environs de Chaville. J’ai eu froid, en plus j’avais oublié mes gants. Les 20 derniers kilomètres à parcourir furent un calvaire pendant 3h30. J’ai terminé au pied de la Tour Eiffel dans un état précaire pour un temps final de 6h32. Après m’être douché puis changé, j’attendais le passage du RER C à la station Champs de Mars pour rentrer à Melun en pensant aux coureurs encore en course et à Jérémy qui devait bien galérer dans la nuit et le froid pour finir son 80 km. Je me disais que jamais je ne courrai cette distance. Mais l’envie commençait déjà à poindre. Faire l’ascension de la Tour Eiffel, monument symbole de la France jusqu’au 1er étage, on ne peut rêver mieux. Pendant la nuit, j’ai cherché le résultat de Jérémy. Il était finisher mais n’avait pu faire l’ascension de la tour étant arrivé 20 minutes après la fermeture. Comme il n’avait pas tout à fait terminé, je me suis dit qu’il allait remettre cela en 2019, ce qu’il m’a rapidement confirmé. Pendant plusieurs jours, j’étais dans un état d’euphorie assez grisant, un peu drogué. Je voulais connaître cet état à nouveau. J’ai donc gardé cette idée en tête. Puis l’année 2018 a filé. Une année faite de surprises (voyages, courses, évènements sportifs…). En fin d’année, était programmé le marathon festif du Beaujolais. Je me suis dit que faire cette course serait une bonne montée en puissance pour aborder l’hiver. Une belle balade pour 4h30 d’effort. Le temps réalisé ne m’a pas surpris. Il y avait aussi à l’automne plusieurs trails programmés. Aussi bien à Nandy qu’à Nemours au Mont Sarrazin, j’ai fait environ le même temps de 2h50. Des bonnes sensations malgré quelques torsions de cheville. J’ai voulu courir à Nandy car les 26 kms du Trail du Four à Chaux, c’est environ un tiers de l’Ecotrail.

En cette fin d’année, j’ai du mal à me remettre à courir. J’étais encore indécis. Je ne voulais pas voir trop grand. J’avais une grosse appréhension de connaître comment mon corps allait subir et gérer l’après 50 kms, vu que ce monde était complètement inconnu pour moi. Je n’avais pas envie de me râter. Quel entrainement faire l’hiver sachant que le temps est toujours incertain. Et puis le 2 janvier 2019 au moment où se prennent les bonnes résolutions de la nouvelle année, je me suis lancé. Au niveau entrainement, j’ai voulu passer d’un rythme prépa marathon de 40 kms parcourus par semaine à un nouveau rythme de 60-70 kms ce qui revenait à faire au moins 4 séances. Aux 2 séances clubs d’environ 10 kms chacune, se sont rajoutées 2 séances longues de 20-25 kms. Ce qui revenait à courir 10 kms par jour pendant 70 jours. Allais-je tenir ? Dans des prépas marathon, j’avais déjà des sessions de 50-60 kms mais les semaines suivantes je redescendais très vite à des semaines de 30-40 kms. Le temps hivernal a finalement été très convenable sauf un épisode de neige mi-janvier. Je me suis râpé le bout du talon avec une chaussure mal lacée puis ai eu aussi mal aux mollets puis à la hanche. Je ne courais pas très vite. Puis vint le mucotrail début février. Par un temps agréable, la course s’est bien déroulé alors que l’année précédente, j’avais chuté 3 fois dans la boue, me fèlant les cotes. Courir le soir avec le club s’est aussi averré compliqué car le niveau général de course des coéquipiers s’est bien amélioré. Leurs objectifs n’étant pas le mien (10 kms, semi ou marathon…), je ne peux souvent les suivre et finis souvent décroché. J’ai aussi couru plusieurs fois avec Jérémy. Même s’il ne s’est pas aussi entraîné que moi avec ses études, j’ai aussi du mal à le suivre en fin de séance. La course se rapproche, les derniers jours sont faits de discussions, d’encouragements. Je gamberge toujours autant. La pression monte. Cette fois, j’ai mieux préparé la course. Montre connectée, lampe frontale, alimentation, vêtements, tout est en place.

Samedi 16 Mars 2019. Lever 7h00. J’ai proposé à Jérémy d’aller au départ en transport en commun. Départ 9h47 de la Gare de Melun, arrivée à la Gare de St Quentin-en-Yvelines à 11h15 via le RER A jusqu’à La Défense puis le TER U. Et puis le vendredi soir il m’envoie un sms pour partir plus tôt à 9h24. A-t-il peur de râter le train suivant ? A 9h15, je l’aperçois à la Gare de Melun. Un premier cri pour se mettre de l’ambiance. Je lui dis qu’il va peut-être falloir courir à La Défense car le TER U part à 10h15 et l’arrivée à la gare de Lyon se fait à 9h52. Je ne veux pas le rater sinon il faudra attendre 30 minutes le prochain train. Arrivé à La Défense à 10h08, il faut donc courir vite dans la gare. Et nous arrivons juste à temps. Un bon présage. La hanche a bien été sollicitée, je ne peux donc décidément courir à grande vitesse. Arrivé à la Gare de St Quentin, il faut encore attendre les bus pour nous conduire à la Base de Loisirs. Tout cela pour que les 10 premiers kilomètres de course nous fassent refaire le parcours en sens inverse et nous ramenent à la Gare au bout de 10 kms… Arrivé finalement à bon port une heure en avance, nous nous changeons un peu n’importe où dans la nature. J’opte pour un cuissard long, ce qui n’est pas vraiment une bonne idée car il va frotter ma cuisse pendant la course.

Nous voici donc prets pour une course où les phases d’encouragement et de découragement ne vont cesser d’alterner. Je sais que j’ai environ 3 heures d’autonomie dans une course, c'est-à-dire la période où la forme est excellente. Après tout est plus dur. Il faudra aller chercher d’autres ressources pour poursuivre. Dans un marathon, cela dure 1h-1h30 tout au plus donc je sais gérer. Aujourd’hui ce sera plus long. Le départ donné, on part en direction du Vélodrome de St Quentin. 8-9 km/h, la vitesse de course est excellente malgré quelques embouteillages dans les premiers kms dans des portions étroites. Je marche dans les montées pour m’habituer. Il y a ensuite le passage sur la passerelle au dessus de la Gare de St Quentin qui occasionne 5 minutes d’attente dans les escaliers. Je suis Jérémy pendant 15 kms puis il me distance. Il est léger, aérien. On a l’impression que quand il court, ses pieds ne touchent pas terre. Au ravito de Buc, 22 kms ont déjà été parcourus en 2h40, j’ai la forme. Il y a foule. Remplissage du sac à eau, quelques grignotages et c’est reparti. Je retrouve Jérémy au sortir du village puis me retrouve à nouveau distancé.

Puis c’est le début d’une galère que j’ai déjà racontée. J’arrive finalement au ravitaillement du 45 kms (en fait 47, 1 kms) de Meudon à 18h52 avec environ 40 minutes d’avance sur la barrière horaire. J’espérais arriver plus tôt mais j’ai nettement baissé de rythme. J’ai néanmoins été plus rapide que l’année précédente. Il vaut mieux car la course ne s’arrête pas là. Depuis quelques kms je vais mieux, je cours plus. Vers le 40ème km, j’ai demandé de l’eau à une dame qui nous regardait courir et elle m’a tendu une gourde qu’elle m’a donnée. Le soleil commence à baisser à l’horizon. Au sommet de l’Observatoire, j’aperçois au loin pour la 1ère fois la Tour Eiffel éclairée. Je hurle « Elle est à moi, je la veux, je l’aurai ». Il faut faire le tour du parc. Que de détours, encore des montées. La nuit tombe vite, il faut allumer les frontales. Je n’ai pas froid. Je me sens bien. J’arrive au ravitaillement de Chaville au 57ème km. Il est 20h30. J’ai repoussé la barrière horaire une heure derrière moi. Je suis satisfait et pour la 1ère fois, j’entrevois vraiment l’arrivée dans 20 kms. Je pense même arriver plus tôt. Je m’y vois déjà. J’essaie de me calmer « Arrête, t’es pas arrivé. Bouge-toi. Reste concentré. » Les coureurs à mes côtés vont à mon allure. J’alterne marche et course. Marche à 5-6 km/h. Je rattrape Jérémy qui me dit qu’il marche depuis quelques kms ressentant une blessure. Je dois l’abandonner et lui donner rendez-vous à plus tard. Il pense qu’il est maudit… Je passe dans Marnes la Coquette, pas loin de la villa de Johnny puis entre dans le parc de St Cloud. 17 kms encore. L’an dernier le parc était transformé en pataugeoire. Là, le terrain est en meilleur état mais je fais attention aux appuis qui restent fragiles. Ce n’est pas le moment de chuter. Au dernier ravitaillement avant l’arrivée (69,2 km), je passe la dernière barrière horaire avec 45 minutes d’avance. Comme il y a un poste de podologue, j’en profite pour me faire manipuler. Je reste 10 minutes. Du ravitaillement, on voit nettement poindre la lumière de la Tour Eiffel. La sortie du parc est assez technique. Je reste prudent. Je passe devant la magnifique façade éclairée de la Manufacture de Sèvres. Je cours à 6-7 kms/h les kilomètres suivants en bord de Seine jusqu’à l’Ile St Germain passant devant la Seine Musicale. Je marche dans le parc de l’Ile. A cet endroit les indications sur le parcours à emprunter laissent à désirer, pas d’indications sur le nombre de kms restant, j’en suis réduit à des estimations. Après avoir franchi le pont, je me trompe de parcours. Mais ne voyant plus personne devant et derrière, je fais demi-tour et reprend le bon parcours. Me sachant sur la corde raide, je ne suis pas encore libéré. Je reste contracté. Je recommence à courir. Passage sur l’île aux Cygnes avant un dernier escalier au sortir du Pont du Bir-Hakeim et traverser la route au milieu des gens pour atteindre le parvis. Une dame qui a déjà terminé la course m’encourage à courir à ses côtés. Je m’accroche une dernière fois. Je suis heureux d’arriver mais en ai un peu marre. Il est temps d’arriver. Il faut encore faire quelques détours sur le parvis, traverser des portiques et enfin l’arrivée finale. 12h27 de course comme j’avais prévu. Au Pilier Sud, on me tend le ticket d’entrée pour l’ascension des marches jusqu’au 1er étage. 300 marches à monter. Je suis venu pour cela. Quel beau monument ! J’arrive à 55m de hauteur. Quelle vue ! On me décerne la médaille de finisher. Il y a pas mal de vent, il fait froid. Je n’ai pas trop envie de manger. Quelques minutes plus tard, j’aperçois Jérémy qui arrive. Il a passé la ligne d’arrivée 5 minutes avant la fermeture. Il me demande comment ça va. Un petit cri pour lui faire connaître mon bonheur. Heureux pour lui car je me demandais comment il allait finir. En fait il appelé à l’aide son ami Emir qui a remplacé au pied levé sa copine Sophie forfait et la fin de course a pu ensuite mieux se dérouler pour lui. D’autres coureurs que Jérémy avait retrouvés au départ ont aussi franchi la ligne d’arrivée dont Stéphane qui a filmé sa course (Stéphane Training). Il est arrivé quelques minutes avant moi. On aurait pu courir ensemble vu qu’il n’a jamais été loin de moi. Mais il est assez difficile de courir ensemble une course aussi longue. On ne peut présager de l’état de forme de chacun tout au long.

Pour le retour à Melun, j’avais prévu de prendre les Noctiliens à la Gare de Lyon à 1h30, 2h30 ou 3h30 et pour rallier la gare de Lyon, le dernier métro était vers 2h00. Pas trop le temps de savourer. Finalement ce sont les parents de Jérémy qui m’ont ramené après avoir été récupérer les sacs au stade situé à proximité.

Le dimanche, après une nuit courte, j’ai eu beaucoup de difficulté à me lever puis marcher. Lundi c’était déjà mieux. A part les douleurs liées aux frottements du cuissard sur la cuisse, j’ai rapidement récupéré. Les pieds n’étaient pas abimés. Pas de crampes alors que j’en avais eu pas mal les semaines précédentes. J’ai sans doute mieux bu.

Bilan : Trop content d’avoir atteint le but fixé. Un rêve devenu réalité. Un mental de fer. Jamais je ne suis cru arrivé avant d’avoir entrevu la ligne d’arrivée dans le dernier km. Des bonnes conditions. Des passages pas trop difficiles. Terrain pas trop gras. Une seule torsion de cheville.

Prochaine course longue : La Saintélyon 2019 si tout va bien.

 

Dédicace Bruno : Au 76ème km, en remontant la Seine jusqu’à la Tour Eiffel, je suis passé pas loin de l’hôpital Pompidou mais je n’y suis pas arrêté…

Dédicace Johnny (notre prési, pas le chanteur) : J’ai « couru » plus vite que toi sur la dernière section de course à partir de St Cloud (quelques minutes tout au plus). Tu avais bien coincé lors de ton écotrail en 2017 mais tu restes le boss, vu ta perf au trail de Vulcain début Mars. 73 kms avec 2800m D+ soit le double de l’Ecotrail avalé en 10h30…J’en suis encore loin.

Le club organise

6ème édition de La Buissonnière 12 mai 2019

Partenariat Decathlon Villiers

Partenariat avec DECATHLON VIlliers en Bière

Partenariat Salomon Corbeil

Partenariat avec SALOMON Corbeil A6

Derniers téléchargements

Partenariat i-run

Connexion adhérents

A découvrir...

Des bosses et des bulles